Rencontres 2008 : Le château « à la Une » ! Évènements et faits-divers

RENCONTRES 2008

chteaudelherm1.jpg

Périgueux
26, 27, 28 septembre 2008
Bibliothèque municipale, salle Jean Moulin

Le château « à la Une » ! Évènements et faits-divers

Le château est-il un lieu particulièrement générateur de faits-divers, ou est-ce, parce qu’il se produit dans un château, qu’un évènement devient un faits-divers ? L’objectif est ici de répondre à cette interrogation, dans la longue durée, en rassemblant des épisodes variés ayant eu pour cadre le château et considérés comme des faits importants par les contemporains ou par la postérité. Conséquences et retentissement de l’évènement, dans l’immédiat (réactions, commentaires, rumeurs ou articles de presse et émissions de radios pour les périodes plus récentes) puis, à long terme, transmission orale et relations écrites (contes et récits, chansons, mémoires, romans ou théâtre) mais aussi arts plastiques et images (bande dessinée, film), sont des indicateurs de la réception spécifique –ou non– d’un évènement survenu dans un château et, également représentations imaginaires et des constructions symboliques auxquelles ils ont donné lieu. Évènements et faits-divers, ces deux termes sont à envisager comme complémentaires et imbriqués. En effet, le faits-divers est un évènement qui, en raison de son importance, de son caractère exceptionnel ou de ses aspects surprenants a été retenu et “traité” dans une perspective de médiatisation. Les supports de diffusion sont multiples, de la chronique médiévale à la couverture de Paris-Match, en passant par les récits, libelles, billets et journaux – voire les stèles, plaques commémoratives ou monuments – qui ont rendu compte et, parfois, commenté ce qui « est arrivé ». Selon Michel Winock, l’évènement est un fait historique qui se définit tant par son intensité, son imprévisibilité, son retentissement que par sa créativité – à savoir l’importance de ses conséquences. Plus ces différents critères sont nombreux, et plus sa nature d’ « évènement » est indubitable. Pour Marc Ferro, les critères retenus doivent tenir compte à la fois de la conscience de l’histoire – le vécu des sociétés – et des phénomènes réels que les sociétés n’ont pas pu percevoir, vu le recul de l’histoire. L’événement peut s’inscrire dans l’histoire matérielle du château : conception, construction, agrandissement, destruction, reconversion. À cet égard, la démarche archéologique est sollicitée pour démontrer la réalité des faits relatés, pour en souligner les manques et les erreurs, et pour donner des détails matériels sur les évènements. Quant aux historiens du texte, au-delà du récit de l’évènement, de sa diffusion et de ses répercussions – locales et nationales –, ils s’intéressent également à la structure et à la disposition des lieux, et aux relations entre les occupants avant et après, ledit évènement. Les accidents peuvent avoir été provoqués par des facteurs naturels (incendie, tremblement de terre, inondation, etc.) entrainant la ruine ou la disparition de l’édifice. Ils peuvent aussi relever de décisions et de situations humaines internes au château, heureuses ou dramatiques (fêtes, bals, entrées royales, mariages, violences familiales, crimes de sang, enlèvements ou disparitions, phénomènes surnaturels etc.) ou de situations externes (conflits de juridictions, guerres paysannes, châtiment royal, décret révolutionnaire, etc.) entrainant attaques, sacs et pillages, démantèlement, bombardement… Mais, à quel moment et pourquoi le fait considéré devient-il un faits-divers ?

dscf3043.jpg

VENDREDI 26 SEPTEMBRE Bibliothèque municipale

– Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres

– Actualités de l’archéologie en Aquitaine 10h30 Discussion et Pause

– Philippe Mignot, Direction de l’Archéologie du Ministère de la Région Wallone, De la prise du château de Warcq (971) au tournoi de Chauvency (1285) Châteaux de légendes et réalités archéologiques à travers l’Ardenne

– Florence Guillot, CNRS 5608, Traces Terrae, Le comte et les rois : le castrum de Montréal-de-Sos en 1272

– Alain Kersuzan, EHESS, De Richard Cœur de Lion à Challus au dauphin Guigues VIII à La Perrière
Discussion et Déjeuner

– André Constant, Université de Provence, Les mentions de « châteaux » aux « Dark Ages » : discours historique et réalité matérielle

– André Bazzana, CNRS, Rencontre et négociations au Champ des Figuiers de Mencofa : les péripéties insolites d’une reddition annoncée (château de Shûn, à Valence, 1236)
– Elena Diez Jorge, Université de Grenade, L’entrée des Rois Catholiques dans l’Alhambra. Le symbole d’une reddition et d’un pacte d’unité
Discussion et Pause.

– Christine Mazzoli-Guintard, Université de Nantes, L’entrée d’Anne d’Autriche dans Madrid en 1570 et les murailles du Madjrît omeyyade

– Alain Sebbah, Université Bordeaux 3, La fête au château : un fait-divers ?

-Discussion.

– Réunion du conseil scientifique et du conseil d’administration de l’association.

dscf3034.jpg

SAMEDI 27 SEPTEMBRE Bibliothèque municipale

– Michel Nassiet, Université d’Angers, Meurtre au château en France aux XVIe-XVIIe siècles

– Jean-Marie Constant, Université du Maine, L’assassinat du duc de Guise, fait divers ou événement politique majeur ?
– Josette Pontet, Université Bordeaux 3, Drame au château de Bidache en 1609-1611 : un fait-divers bien embarrassant
– Discussion et Pause.

– Maryse Simon, Université d’Oxford, Château de sorcières : faits-divers de justice modernes et événements contemporains.

– Nicole Pellegrin, CNRS-IHMC-ENS, Rumeurs de déshonneur en Angoumois, 1782 1785 : la fille du châtelain a accouché clandestinement

– Discussion. Déjeuner
– Marc Favreau, Université Bordeaux 3, La pierre, la plume et le lys ou l’histoire événementielle du chantier du château de Versailles aux XVIIe et XVIIIe siècles
– Thomas Fouilleron, Université de Nice, Une pendaison en effigie au palais de Monaco au Siècle des Lumières : vengeance d’un mari jaloux ou coup de majesté d’un souverain offensé ?
– Discussion et Pause.

– Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours, Le crime du marquis d’Entrecasteaux (fin XVIIIe siècle)
– Juliette Glikman, Centre du XIXe siècle, Université Paris 1-Paris 4, Louis-Napoléon au château de Ham. La prison forteresse, cadre de la transfiguration du prince en figure souveraine

– Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon 2, Le crime au château (Jura, XIXe siècle)

– Discussion.
– Alain Corbin, Université Paris 1, Conclusions des Rencontres

dscf3035.jpg

DIMANCHE 28 SEPTEMBRE, Château de l’Herm
Visite du château et conférence de Marie Palue et Philippe Rougier, Séquestration et assassinat au château de l’Herm. Témoins historiques et archéologiques

dscf3076.jpg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search