Château, naissance et métamorphoses

Publications couverture-2010-103x150

 

Château, naissance et métamorphoses 

Textes réunis par Anne-Marie Cocula et Michel Combet, Ausonius, Pessac, Ausonius Éditions, Scripta Varia, 2011.

Ce thème s’inscrit dans la continuité des sujets traités depuis plus de quinze ans par les Rencontres en mettant l’accent sur les phases d’émergence et d’évolution des châteaux européens, dans une approche embrassant une très longue durée, des siècles protohistoriques aux débuts du XXIe siècle. Il s’agit ici d’envisager la [ou les] naissance[s] du château – enclos, refuge, site défensif et/ou site d’habitat – et les transformations tout au long des siècles.

Les deux termes du titre servent de guide, pris isolément ou reliés l’un à l’autre, dans une enquête montrant l’apparition – voire les naissances et “renaissances” – puis les transformations du château, dans son cadre comme dans ses fonctions. “Naissance” s’applique aux origines lointaines de l’édifice (par exemple lorsqu’il s’agit d’une aula carolingienne), ou plus récentes dans le cas d’une fondation moderne ou contemporaine. Les conditions de mise en valeur de sites originaux, les étapes de leur développement et leurs caractères sont analysés. Cette approche englobe les fondements légendaires ou mythiques des lignages qui ont entrepris l’édification du “château” : la lecture varie alors selon qu’elle émane des constructeurs ou des observateurs extérieurs. Pour sa part, la “métamorphose” signale d’abord un changement de forme, d’aspect qui doit être complet (état, caractère, apparence) et rendre l’objet concerné méconnaissable. Plus encore, la métamorphose recouvre un bouleversement de grande ampleur retenant l’attention des témoins ou des historiens qui, aujourd’hui, tentent de l’approcher à travers la documentation textuelle et archéologique.

Les transformations capitales, d’abord architecturales, dépendent à la fois du contexte historique – l’époque, au sens large – et des vicissitudes des lignages qui en sont propriétaires ou dépositaires. Leur plus ou moins grande aisance économique, leur rôle – plus ou moins actif – dans la situation politique ou militaire du moment, sont la source directe de modifications sensibles de leur demeure, que celle-ci soit leur propriété depuis longtemps ou qu’elle vienne d’entrer dans le patrimoine familial : le château connaît alors une « nouvelle jeunesse ». Qu’il y ait, ou non, « changement de propriétaire », aux mutations du bâti s’ajoutent d’inévitables changements d’usages et, plus globalement, de fonctions ; déjà sensible dans les époques anciennes – ainsi pour la Renaissance –, cela est tout spécialement notable pour la période contemporaine qui, dans le cadre d’évolutions plus rapides et plus profondes, voit une forte accélération des occasions de bouleversements décisifs.

ISBN : 978-2-35613-050-1 ;  25 euros.

Pour télécharger le sommaire  :sommaire 2010

Pour télécharger la jaquette  :jaquette 2010


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search