Châteaux, cuisines et dépendances

2.inddChâteaux, cuisines et dépendances

Textes réunis par Anne-Marie Cocula et Michel Combet, Ausonius, Pessac, Ausonius Éditions, Scripta Varia, 2014.

De l’audace, toujours de l’audace ! Il en avait déjà fallu, il y a quelques années pour envisager le château comme lieu de plaisir et de divertissement. Il en fallait plus encore pour oser sortir du château comme seul lieu de pouvoir ou de savoir, descendre jusque dans ses caves et consacrer tout un colloque à envisager le cadre de vie noble sous l’angle d’une activité longtemps considérée comme « ignoble » la cuisine. On sait que les métiers de bouche tels que tripier, boucher, ou patissier ont longtemps été des activités dépréciées, du moins par les hommes d’Église. Ils voyaient le cuisinier comme un être sale et impur, et l’ont même accusé de cruauté envers les animaux. Cette opinion est « naïvement » exprimées vers l’an 1000, disait Jacques Le Goff, par l’évêque Adalbéron de Laon soucieux de mettre en valeur, par un jeu de contraste, l’état de clercs: les hommes de Dieu sont exemptés de travaux serviles, « ils ne sont ni bouchers ni aubergistes »et, heureux hommes « ignorent la cuisante chaleur d’une marmite graisseuse » (…)

La cuisine n’est pas un objet de recherche anecdotique, et la cuisine au château moins encore que tout autre : (…) la cuisine, cachée au regard, est un des creusets où se crée la politique du prince et où se montre son aptitude au bon gouvernement. (Danièle Alexandre-Bidon)

ISBN : 978-2-35613-116-4

Pour télécharger le sommaire : sommaire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search